• MÉLANCOLIE DE PRINTEMPS

     

    MÉLANCOLIE DE PRINTEMPS

     

       

    Les matins sont plus clairs, le jour bleu fraternise

    Avec l’odeur de miel éparse au fil du vent ;

    Le chat, gourd de tiédeur, assoupi sous l’auvent,

    Laisse l’oiseau chanter comme en Terre Promise.

      

    L’insecte de soleil et de nectar se grise ;

    L’ombre est douce quand passe, au zénith dérivant,

    Un nuage égaré qui s’éloigne en rêvant

    - Peut-être - de pleurer ses embruns sur Venise.

      

    Le cœur vibre, aussi vif que les vols de pinsons

    Guettant sur les blés verts la blondeur des moissons,

    Mais aux larmes d’avril le voici qui frissonne :

     

    Tant de printemps déjà pour jamais révolus

    Et tant d’êtres chéris qu’on ne reverra plus !

    Est-ce un glas, blanc muguet, que ta clochette sonne ?

      

      


  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Mars 2013 à 19:49

    Ce poème est superbe, et ce site est un plaisir !

    Amitiés.

    2
    Clarence D Profil de Clarence D
    Dimanche 10 Mars 2013 à 14:06

    Cher Hanternoz, merci!


    Je suis allée voir votre site et vos poèmes me plaisent bien aussi; je vois que vous aimez pratiquer la versification régulière, pourtant si peu mise en valeur aujourd'hui, en tout cas par les éditeurs, qu'on la suppose sentie comme complètement désuète (d'où le titre, ironique ou provocateur, comme on voudra, de mon blog).


    J'ajoute votre site à mes liens, et je suis curieuse de découvrir dans les vôtres d'autres blogs ou sites à mon goût.


    Amicalement.


    Clarence D (alias MJB)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :