•  

        

     

     

     

     

    AU CINÉMA

     

     

    Sur l’écran de la salle obscure,

    Né du faisceau qui le figure,

    L’amour fou courtisant la mort

    Oppose aux malices du sort

    L’insolence de l’aventure ;

     

    Et tant que la séance dure,

    Ne croit-on pas, perdant mesure,

    Sentir plus vrai, vivre plus fort

    Sur l’écran ?

     

    Du réel vainement l’augure

    Jette à ce nœud de ferveur pure

    Les menaces du temps qui dort :

    Le mirage en nous griffe et mord

    Bien après son dernier murmure

    Sur l’écran.

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

                           

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique