•     

     

     

    MADRIGAUX

     

     I

    J'aime vos yeux, ils sont si clairs!                     

    Ni le dru firmament d'été                                

    ni la rude écaille des mers                                

    ne sont venus s'y refléter.                                 .

     

    L'aigue-marine a trop d'azur                            

    et trop d'opacité l'opale;                                  

    en vain s'étiole au pied d'un mur                      

    la campanule la plus pâle.                                

     

    La simple nigelle peut-être,                              

    fondant au blanc du gris, du bleu,                    

    dans sa fleur étoile voit naître                           

    leur délavé de ciel qui pleut.                            

     

    Les miens, prêts à croiser le fer,                      

    s'émoussent à l'espace offert.                          

     

    II 

     J'aime de vos pas la paresse;

     sereins, silencieux, soyeux,

     ils approchent - rien ne les presse -,

    placides comme l'œil des dieux.

     

    Leur douce démarche impassible,

    sans ardeur et sans déplaisir,

    vous dépose près de leur cible

    avant qu'on entende venir.

     

    Jamais ils n'ont heurté personne,

    jamais enfreint d'occultes seuils.

    - A vous voir marcher, on s'étonne

    d'un scandaleux désir d'écueil.

     

    Mais qui voudrait que vos pas errent

    dans le sillage des chimères?

     

     

         

     

                           

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique