• Jouons encore les grammairiens grincheux!

    J'ai entendu ce matin sur France Info parler de ces "types qui shortqueutent tous les process", cela dans la bouche d'une personne ayant a priori reçu une instruction plus qu'élémentaire, et qui pourrait donc savoir dire simplement: "court-circuiter  les procédures", ce qui n'est pas plus long que son charabia anglicisant...

    Les mots en sèchent sous ma plume.

     


    votre commentaire
  •  

    Les mot ont un genre, masculin, féminin ou neutre. Du neutre, il n' existe plus en français que des traces: ceci, cela, quoi... Pour le reste, il s'est confondu avec le masculin selon une tendance qui existait déjà dans les langues à déclinaison: en latin, le neutre n'est distinct du masculin que pour les cas sujet et complément d'objet direct.

     Les êtres vivants, eux, ont un sexe, mâle ou femelle. Quant au genre de leur nom, il s'est établi par l'usage: pourquoi une hirondelle et  pourquoi un loriot sinon? Seuls les animaux très courants (la poule et le coq) ou très gros (le lion et la lionne) ont eu droit à des formes différentes selon leur sexe - et encore! On dira toujours un crocodile, une girafe, et il paraît vain de chercher une explication.

    Confondre genre et sexe n'a pas de sens. Quant au pluriel, on peut aussi bien le considérer comme neutre puisque masculin et neutre ont cessé d'être distingués dans notre langue, et cela nous évitera aussi bien l'illisible écriture dite "inclusive" que les lourdeurs redondantes du type "les auditrices et les auditeurs "ou "celles et ceux" qui ne sont rien d'autre que le "politiquement correct" du moment.  


    votre commentaire
  •  

    Six cents euros de maillots au nom d'un joueur de football! Est-ce le même acheteur qui râlera dès que sa baguette augmentera de quelques centimes? Et trouve-t-il normal que sur ce moderne marché aux esclaves qu'on baptise mercato se gaspillent des millions d'euros, pour ce qui après tout n'est que du superflu, et pour rémunérer des amuseurs doués d'un talent secondaire, quand ceux qui nous soignent, nous nourrissent, nous habillent, nous assurent lumière, eau et chaleur sont souvent mal payés de leur peine et de leurs utiles compétences? Oui, Neymar, j'en ai marre. Et encore plus de son indécent étalage de "cœur" complaisamment relayé par radio et télévision.


    votre commentaire
  •  

     

    Ce fut un plaisir, partagé, semble-t-il, et pour l'ego une friandise!

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Les bottiers doivent faire fortune ces temps-ci à en croire le nombre de gens que les journalistes voient "droit dans leurs bottes". Comme s'il n'existait aucune autre façon de dire qu'on persévère, persiste, poursuit, continue, maintient, voire s'obstine, s'entête, s'acharne, s'opiniâtre, n'en démord pas, ou encore  - si on  a du goût pour les métaphores - tient ferme, garde le cap et joue les prolongations.

    Autre manie journalistique, à part rabâcher la formule du premier qui parle: exiger que la moindre personne si peu que ce soit en vue réagisse à tout événement et au moindre fait divers, jusqu'à reprocher leur silence à ceux qui, décemment et sagement, se taisent. Ces silencieux, tiens, ils me bottent!


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique