• UN BRICK ET DES BOUTS RIMÉS

        

    UN BRICK ET DES BOUTS RIMÉS

     

    TURNER

    LA  FIANCÉE  DE  ROBINSON                            

     

    À l’heure où, sous la brume, on devine l’aurore

    Au tendre rougeoiement que, d’un souffle embaumé,

    Le vent déroule au loin sur la vague sonore,

    Dans les haubans d’un brick a fui mon bien-aimé ;

     

    Je ne sais quel démon, quel ferment de démence

    Offre à son cœur repu de l’humble paix des champs

    D’étreindre sur les mers l’âme du monde immense :

    En vain j’ai prodigué larmes et mots touchants ;

     

    Il est parti, trop sûr que son retour à terre

    Fera plus vif jaillir l’amour, à nous revoir,

    Quand se noueront nos mains sous l’orme solitaire,

    Quand nos corps se joindront dans l’ombre du lavoir…

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :