• POÈME À CLEFS

     

     BALLADE SUR TROIS BALADINS

     

     

     

    L'un fut jadis traîne-misère,                             

    Voire larron dit la rumeur,                              

    Au surplus jaillissant trouvère                          

    Dont s'éternisent les douleurs                          

    Quand vibre ici résonne ailleurs,                     

    De flûtes en violoncelles,                                

    L'air que sifflait ce maraudeur

    Qui fut orfèvre en ritournelles.                         

     

    L'autre, qu'il fût ou non sincère,

    S'aimait moins joyeux que charmeur,              

    Triste et doux jusqu'en son mystère,               

    Berçant la lune sur son cœur                           

    Comme on bercerait un bonheur

    Enfui dans un battement d'ailes ;

    C'était un prince de rêveurs,

    Enlumineur de ritournelles.

     

    Le troisième crie la colère

    De ceux que bâillonne la peur ;

    Que lui importe de déplaire

    S’il peut conjurer le malheur !

    Sur tous les tons, vif ou moqueur,

    Ou chaud de tendresse immortelle,

    C'est un oiseau des plus chanteurs,

    Un virtuose en ritournelles.

     

    Ami lecteur, que ta faveur

    A leur chant ne soit pas rebelle :

    C’est le seul vœu du rimailleur

    Qui fit ce bout de ritournelle.

      

      


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :