• NOËL SUR LE CAUSSE

     

     

     

    NOËL  SUR  LE  CAUSSE

     

    Pour sapin, le genévrier

    Tiré du bois maigre où frissonne

    La feuille que les vents d’automne

    Du chêne n’ont pu délier.

     

    Déroulé leur nid de guirlande,

    Voici briller six boules d’or :

    Parmi les piquants du décor,

    À doigts prudents, qu’on les suspende !

     

    Les astres de pâle carton,

    Du papier d’argent les habille,

    Et l’arbrisseau joyeux scintille,

    Nimbé d’un unique feston.

     

    Pour la grotte, suffit qu’on façonne

    Le fond d’une boîte à souliers ;

    Autour, des rocs de krafts grossiers

    Qu’artistement  la main chiffonne.

     

    Du lichen neige sur les creux ;

    Vers des gazons de fraîches mousses,

    Douze moutons, labrit aux trousses,

    Égaillent leur troupeau peureux.

     

    Trois bergers, dont l’un s’agenouille,

    L’autre serre, en fait de collet,

    Sur sa nuque un frêle agnelet,

    Et la bergère a sa quenouille.

     

    Joseph en brun, Vierge d’azur,

    L’Enfant comme de sucre rose ;

    L’âne veille, et le bœuf repose,

    Jarret brisé, contre le mur.

     

    Et pourquoi pas déjà les mages ?

    À l’écart… deux chameaux pour trois…

    Couronne et pourpre de vrais rois,

    Mais leurs présents pour seuls bagages…

     

                       ***

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Point de neige en blancs tourbillons

    Sur les murs gris, la tuile obtuse ;

    D’aucun seuil ni chemin ne fuse

    L’exubérance de lampions :

     

    Minuit dort. Pour demain, le prêche,

    Les cantiques, l’harmonium,

    L’encens baignant d’un Te Deum

    Les santons géants de la crèche,

     

    Quand du soulier ciré le soir

    Seront nés, pour fruits de l’attente,

    Le livre ou le jeu - qu’agrémente

    Un jésus de chocolat noir.

     

    Le jeu se partage, et le livre,

    Au long des mois repris, relu,

    Rouvre sans fin l’espace élu

    Et de toute entrave délivre.

     

    L’enfant qui rêve est-il naïf ?

    S’il aime se bercer d’histoires,

    C’est qu’elles drapent de leurs moires

    Ce que le monde a d’incisif.

     

    Noël à peine carillonne

    Dans le village aux bois dormant ;

    Le conte fait qu’à tout moment

    L’espoir de mille cloches sonne !

     

     

     

     

     

     

                                


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :