• LE GRAND WILL

      

    William  SHAKESPEARE    Sonnet LXXI

     

     

     

     

    No longer mourn for me when I am dead

    Than you shall hear the surly sullen bell

    Give warning to the world that I am fled

    From this vile world, with vilest worms to dwell;

     

    Nay, il you read this line, remember not

    The hand that writ it; for I love you so,

    That I in your sweet thoughts would be forgot,

    If thinking on me then should make you woe.

     

    O if, I say, you look upon this verse,

    When I perhaps compounded am with clay,

    Do not so much as my poor name rehearse,

    But let your love even with my life decay;

     

    Lest the wise world should look into your moan,

    And mock you with me after I am gone.

     

     

     

     

    Écourtez votre deuil quand je mourrai:

    Pleurez le temps que le glas noir rumine

    Mon envol de ce monde, dont j'aurai

    Troqué la lie contre un lit de vermine,

     

    Mais chassez, ce lisant, tout souvenir

    De la main qui l’écrit; l’amour l’exige:

    De vos  pensers j'aime mieux me bannir

    Avant que ma pensée ne vous afflige.

     

    Oui, si vos yeux se posent sur ces vers

    Quand il se peut que la boue me pétrisse,

    Ne bissez pas mon nom dans son enfer,

    Que votre amour avec ma vie pourrisse:

     

    Craignez le monde et son rire hardi,

    Si vous pleuriez quand je serai parti.

      

      

      

      

      

      

      

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :