• ÉLOGE

     

    LES LIVRES 

     

               

    Est-ce discours de déraison ?

    Est-ce louange à l’étourdie ?

    Ils sont la terre et la maison,

    Les racines, la frondaison,

    Ils sont l’Eden et l’Arcadie.

     

    Ils fixent contre les oublis

    À l’impalpable fil des pages

    L’essence des temps accomplis,

    Du songe ils entr’ouvrent les plis

    Et de l’avenir les présages.

     

    Aux Cendrillons d’avant le bal

    Ils montrent la splendeur du monde,

    L’arc-en-ciel dans le carnaval,

    Et comment du caillou banal

    Surgit l’étincelle profonde.

     

     

    Ils déroulent les écheveaux

    De l’amour et de la rancune,

    Des douleurs émoussent la faux

    Et la clarté de jours nouveaux

    Y rit au nez de la Fortune.

     

    Vers leur imaginaire azur

    Envolez-vous, âmes qu’étonne

    Le désordre de l’être impur !

    La tendresse du clair-obscur,

    Vous l’y trouverez, cœurs d’automne !

     

    Leur accueil est sans trahison

    Et leur flamme sans incendie :

    Heureux qui sent, dans un frisson,

    Du plus dru de leur feuillaison

    Sourdre un effluve d’Arcadie !

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :