• BOUTS RIMÉS 1 et 2

    D’AMOUR  ET  D’EAU  FRAÎCHE                       

     

    Dieu seul, Madame, sait combien j’aurais aimé

    Que votre œil m’inondât de sa tendresse immense,

    Et qu’en retour le mien - soit bonheur soit démence -

    Baignât de pleurs dévots votre corps embaumé.

     

    Quand des larmes, Ninon, comme on voit à l’aurore

    La rosée emperler le liseron des champs,

    Font au bord de tes cils briller leurs feux touchants,

    Mon sang soudain bouillonne en cascade sonore.

     

    Ondine dont jadis, de la source au lavoir,

    Coula le chant d’appel à l’âme solitaire,

    Je rêve que mes pas s’évadent de la terre

    Pour s’ouvrir les chemins de l’onde où te revoir.

     

     

     

     

    NAUSICAA                                                   

     

    Sur l’île que les flots battent de leur démence,

    Elle épuise ses nuits en délires touchants,

    Car le rêve à ses pas offrant la grève immense

    L’y jette sans espoir d’atteindre, au bord des champs,

     

    Là-bas où sable et sel cèdent devant la terre,

    Plus loin que l’âpre agave et le ciste embaumé,

    Au creux le plus secret d’un hallier solitaire,

    Le nid de mousse tiède où le corps de l’aimé

     

    Tomba jadis, vomi par l’ouragan sonore,

    - Et dans le songe impitoyable, nul lavoir

    Ne lui promet qu’un homme, aux lueurs de l’aurore,

    S’y dressera, pleurant de joie à la revoir.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :